REMACOB, Province du Bas-Congo, RD Congo

Campagne radiophonique de prévention contre le Sida et de promotion de la sécurité routière

Titre 
Sensibilisation et encadrement des usagers de la Nationale N° 1 (Moanda - Kinshasa) sur la prévention du
SIDA et sur la sécurité routière, Province du Bas-Congo, République démocratique du Congo

Organisation partenaire
REMACOB (Réseau des Médias Associatifs et Communautaires du Bas-Congo),
Siège :
Av.
Flamboyants n°366, Quartier Disengomoka, Mbanza-Ngungu
Adresse postale : B.P : 27, Mbanza-Ngungu,
Province du Bas-Congo, République démocratique du Congo
E-Mail : bukinno@yahoo.fr


Période de mise en œuvre

Avril 2011 à octobre 2012 (18 mois)

Organisation partenaire
Le REMACOB a été créé en 2005 pour renforcer les relations et collaborations entre les médias communautaires et associatifs de la Province du Bas-Congo. Ce réseau veut servir de cadre de
concertation et d'échange d'expériences entre les membres. Actuellement le REMACOB compte 27 membres dont 24 radios et 3 télévisions. Le REMACOB a piloté pendant plusieurs années le projet INFORMORAC au Bas-Congo (initiative de formation mobile pour les radios communautaires, programme conduit par Radio Nederland Training Centre) et est le partenaire de la plupart des intervenants en
appui aux médias locaux de la province. 

Le projet soutenu par Stem van Afrika
Le REMACOB entend sensibiliser  les camionneurs et les usagers de la Nationale n°1 Kinshasa-Moanda sur le VIH/sida et le respect du code de la route.

En raison de sa position géographique - bordée par l'Angola et le Congo, par son rôle économique, la Province du Bas-Congo est un couloir de grande circulation des personnes et des biens entre le grand port de Matadi et la mégapole Kinshasa. La Route Nationale 1 est la voie principale de mobilité empruntée par de très nombreux chauffeurs, convoyeurs et voyageurs. Mais les usagers sont aussi tous les habitants de l'axe routier. En effet tout au long des 650 km qui relient la cité côtière de Moanda à Kinshasa, se sont
installés de grands centres de consommation et de production. C'est aussi un lieu de rencontres et d'échange. Les lieux d'ambiance, les bars, les dancings, les hôtels, les buvettes sont légions. Un commerce du sexe y est florissant, devant un vecteur actif de propagation des infections sexuellement transmissibles et du VIH/SIDA dont la prévalence est parmi une des plus élevée du pays. Cet axe routier connaît aussi un taux élevé d'accidents de la route.


Résultats attendus
Ce projet d'une durée de 18 mois vise à constituer une « task-force » dans le Bas-Congo autour de la problématique du Sida et de la sécurité routière pour renforcer et coordonner les efforts pour réduire
la pandémie du SIDA parmi les populations vivant et travaillant le long de la Route Nationale N° 1, mais aussi pour renforcer la sécurité routière dans la région.

Activités prévues :
Les activités principales prévues pour l'atteinte de ce résultat sont d'une part la formation d'un groupe de camionneurs en tant que pairs éducateurs qui mèneront des actions permanente de sensibilisation ;
d'autre part la production d'une campagne radiophonique portant sur les deux thèmes.

Les productions sont diffusées par dix radios locales réparties tout au long de l'axe routier ; elles sont aussi distribuées sur K7 et CD auprès des camionneurs pour écoute pendant ou en dehors de leurs
heures de service.


Activités et premiers résultats jusqu'en octobre 2011

  • Enquêtes de base:  l'objectif général de ces enquêtes de surveillance comportementale (ESC) et de séroprévalence était de mesurer la séroprévalence du VIH/Sida et les tendances des cmportements relatifs aux IST/VIH Sida dans les groupes de populations cibles (camionneurs, professionnels de sexe, jeunes garçons et filles, les voyageurs, etc.) Ces enquêtes ont couvert 6 sites  à travers la province notamment : Kimpese, Mbanza-Ngungu (inclus Kisantu et Madimba), Matadi, Boma, Lukula et Moanda. Au total 900 personnes ont été interviewées.
        
  • Le plaidoyer : deux  membres de l'équipe de la coordination du projet ont mené des plaidoyers auprès des autorités politico administratives, sanitaires et policières de la région et près des responsables des associations de camionneurs. Tous ont accepté de s'impliquer dans le projet. Leur engagement s'est manifesté par leur présence lors de formations et leurs interventions dans les différentes émissions. Ils sont déjà de véritables partenaires du projet s'impliquant dans le choix des participants aux formations et activités, l'obtention de salles, le suivi de sensibilisation par leurs membres, etc.
  • Formation de 60 pairs « Educateurs Camionneurs » : 60 camionneurs ont suivi une formation de 4 jours dispensée par des spécialistes sur les questions de santé, mais aussi de roulage et des techniques de communication interpersonnelle et de groupe.
  • Formation de 5 jours de 24 journalistes des 10 radios retenues par le projet. Cette session a porté sur les généralités du VIH/Sida, du code de la route d'une part, et de la collecte / traitement de l'information ainsi que les techniques de reportage, d'autre part. Ces journalistes sont des correspondants de la rédaction centrale du REMACOB dans la collecte des données utiles à la production des magazines.
  • Sensibilisation des camionneurs par les pairs éducateurs : ces sensibilisations se font sous forme de causerie de groupe, discussions dirigées et le face à face. En moins de six mois, les camionneurs pairs éducateurs de 4 sites ont sensibilisé ainsi 1200 personnes, surtout des camionneurs et des professionnels du sexe. Ils disposent de fiches de sensibilisation conçue par la coordination du projet et les médecins formateurs ; des responsables de l'Association des Camionneurs du Congo (ACCO) assistent à certaines séances de sensibilisation.
  • Production des magazines et des spots : fin octobre 2011, 8 magazines de 30 minutes chacun ont été produits en kikongo : 4 sur le VIH/Sida et 4 autres sur le code de la route ainsi que 8 spots sur les mêmes thématiques.


Avancées dans l'atteinte des résultats

1er Résultat : la « task-force Sida » a été mise sur pied dans la province du Bas-Congo. Ce comité est constitué des autorités administratives, des médecins chefs des zones de santé, des médecins formateurs, des responsables de l'association des camionneurs, des responsables des radios impliquées dans le projet.

2èmeRésultat : un comité d'encadrement « Code de la route » a été créé à travers la province du Bas-Congo. Ce comité est composé des autorités administratives, de quelques responsables de la police de
circulation routière, des responsables des associations de chauffeurs, des dirigeants des auto-écoles et des responsables des radios partenaires.

Au niveau de chaque comité une rencontre de concertation a déjà pu se tenir. Mais la difficulté principale est de réunir les membres qui sont localisés à travers les villes ou cités tout au long des 650 kms de l'axe routier.

Le 1er succès récolté à travers ce projet est le fait que les camionneurs demandent à présent la poursuite de formation, notamment sur le code de la route. En effet nombreux sont ceux qui n'avaient jamais suivi de formation en cette matière. Pour être camionneur et transporteur, il suffit de savoir conduire ; le code de la route et les règles de conduite ne sont pas une préoccupation.

De même pour le VIH/Sida, les formateurs comme les participants eux-mêmes ont témoigné de l'importance des formations organisées. Certaines notions et réalités étaient gardées tabous jusqu'ici. Grâce à ce projet, de nombreuses personnes se sont senties autorisées et encouragées d'en parler, de témoigner. Une prise de conscience des camionneurs naît vis-à-vis de  la réalité du VIH/Sida. Impressionnées par cette initiative et le buzz autour de cette campagne, la première organisée dans la région par les médias locaux, deux organismes étatiques de lutte contre le Sida ont remis 49.000 préservatifs à la coordination du projet pour distribution parmi les publics cibles du
programme.